Transports et travaux publics
toggle menu

Construction et équipement de routes

Sur un total de 43 348 kms de route, seuls 30% sont bitumés, conférant à la Guinée un des ratios les plus faibles de l’Afrique de l’Ouest. Au sein du réseau, on ne compte également que 7 625 kilomètres de routes nationales  pour 16 000 kilomètres de routes préfectorales et 19 000 kilomètres de routes communautaires, des chiffres qui paraissent bien insuffisants par rapport aux ambitions du pays et à l’intensification des échanges à venir. La filière Construction et équipement de routes traite des projets d'aménagement et de réhabilitation des axes routiers de la République de Guinée.

Pour plus d'informations sur la filière, veuillez écrire à spi@apip.gov.gn

Infrastructures météorologiques

Transports Filière Infrastructures météorologiques

Réalisation et réhabilitation d'infrastructures aéroportuaires

De part sa position géographique stratégique, la Guinée est un carrefour entre Le territoire guinéen est bien desservi par le réseau aéroportuaire. On dénombre 1 aéroport international à Conakry-Gbéssia, récent et fonctionnel; 3 aéroports régionaux au cœur de départements concentrant les plus fortes dynamiques démographiques et potentialités économiques : Kankan, Labé et N’Zérékoré (pistes en latérite mais entretien régulier) ; 7 aéroports secondaires à Boké, Faranah, Fria, Kissidougou, Macenta, Sambailo et Siguri ainsi que 5 aérodromes construits et exploités par des sociétés minières.

Pour plus d'informations sur la filière, veuillez écrire à spi@apip.gov.gn

Réalisation et réhabilitation d'infrastructures ferroviaires

Transports Filière Réalisation et réhabilitation d'infrastructures ferroviaires

Réalisation et réhabilitation d'infrastructures maritimes

Avec 90% du commerce extérieur réalisé par voie maritime, ce secteur est incontournable en Guinée. Si le port de Conakry concentre l’essentiel du transit de marchandises, des projets de ports minéraliers pourraient alléger à terme son engorgement (dont le port de Kamsar déjà en activité) et le voir se consacrer aux activités non minéralières et au transit des marchandises des pays enclavés. On y recensait en 2014 7 810 793 tonnes de marchandises pour 948 navires qui y transitent par an. Sur une décennie, si le nombre de navire est resté relativement inchangé dû à ses capacités limitées, le tonnage a été multiplié par  3.

Pour plus d'informations sur la filière, veuillez écrire à spi@apip.gov.gn

Nous suivre sur